• en
  • fr

  • Introduction

    bioMérieux, pionnier dans la lutte contre les maladies infectieuses

    bioMérieux, pionnier dans la lutte contre les maladies infectieuses

    alexandre_Merieux

     « bioMérieux, acteur mondial majeur du diagnostic des maladies infectieuses, développe des tests de diagnostic et des outils pédagogiques qui ont un rôle déterminant dans la lutte contre la résistance aux antibiotiques. Forte de plus de 50 ans d’engagement au service de la santé publique dans le monde et de sa position de leader en microbiologie, bioMérieux a toujours placé la lutte contre la résistance aux antibiotiques au cœur de ses priorités. »

     

    Alexandre Mérieux,
    Président Directeur Général de bioMérieux

    Né à Lyon (France) en 1870, Marcel Mérieux a été l’assistant personnel de Louis Pasteur, le premier scientifique à avoir développé une méthode de vaccination. Il a fondé l’Institut Mérieux en 1897 et, inspiré par son mentor, il a toujours orienté son travail sur la médecine tant vétérinaire qu’humaine. En 1935, l’Institut Mérieux comptait environ 40 employés et produisait quelque 15 000 doses de tuberculine et 450 000 doses de sérums immuns et de vaccins vétérinaires par an.

    Par la suite, le Dr Charles Mérieux, le fils de Marcel Mérieux, aurait souvent déclaré : « Il n’y a pas de frontière entre la médecine humaine et la médecine vétérinaire ».

     

     

    img_intro_03.02

    En 1963, Alain Mérieux, le petit-fils de Marcel Mérieux, a créé bioMérieux avec la ferme volonté de servir la santé publique dans le monde grâce au diagnostic in vitro. Depuis le début, bioMérieux, grâce à ses activités de recherche et développement, met sur le marché des outils et solutions diagnostiques à forte valeur médicale dans l’objectif d'identifier les infections aussi rapidement que possible grâce aux données scientifiques les plus récentes et aux technologies de pointe.

    Dès sa création en 1963, bioMérieux a proposé une gamme de produits destinés aux laboratoires d’analyses, dans les domaines de la bactériologie, de la biochimie, de la coagulation et de la virologie.

    L’introduction de l’automatisation dans les laboratoires cliniques au cours des années 1970 a représenté une étape déterminante pour l’industrie du diagnostic, annonçant le début d’une révolution dans le rôle du laboratoire et son impact sur l’exercice de la médecine. Toutefois, les laboratoires devaient alors toujours regrouper les échantillons pour faire fonctionner leurs instruments à plein rendement. Ce n’est que dans les années 1980 qu'il a commencé à devenir possible de réaliser des tests individuels. L’acquisition d’API Systems en 1987 et de Vitek Systems en 1988 a été décisive dans l’histoire de bioMérieux. VIDAS® est devenu le produit phare de la Société et lui a permis de faire une entrée remarquable sur le marché clinique des immunoessais automatisés en 1991, puis dans le secteur de la microbiologie industrielle.

    Avant la fin du 20e siècle, l’automatisation avait été étendue à tous les domaines concernés par le diagnostic in vitro qui est aujourd'hui en passe d’évoluer encore davantage avec l’apparition de nouvelles technologies Les algorithmes décisionnels pour le traitement et l’interprétation des données, l’imagerie numérique, la spectrométrie de masse et la télémédecine entraînent des changements majeurs dans l’exercice de la médecine et l’organisation des soins de santé. Ils sont le reflet d’une tendance de fond : la rencontre de l’automatisation, des technologies de l’information et des sciences de la vie.

    À l’heure actuelle, bioMérieux est une société familiale cotée en bourse qui reste fortement attachée à ses origines. Dans la logique de l'engagement majeur de la famille Mérieux au profit de la santé humaine et animale dans le monde, ces deux aspects ont toujours été abordés dans le cadre du concept unique « Une seule santé -  One Health». Dans le domaine de la résistance aux antimicrobiens, ce type d'approche globale est particulièrement important et l’offre de produits et de services de bioMérieux comprend la caractérisation de la flore microbienne, la détection de pathogènes spécifiques, la détermination du profil de résistance aux antibiotiques, ainsi que l’analyse d’échantillons alimentaires, de médicament, d’eau et d’air dans les secteurs clinique, vétérinaire et agroalimentaire.

    Outre son activité centrale de développement de produits, bioMérieux est un ambassadeur de longue date de la sensibilisation à la résistance aux antibiotiques sur le plan international (voir RÉSISTANCE AUX ANTIBIOTIQUES : COMMUNICATION PUBLIQUE ET ÉDUCATION). La Société a élaboré toute une série de supports pédagogiques, a renforcé son soutien financier pour la conduite d’études scientifiques et envers certaines organisations, et continue à communiquer activement sur la menace que représente la résistance aux antibiotiques dans le monde.

    Pionnier du diagnostic in vitro et acteur mondial de la microbiologie, bioMérieux propose une large gamme de solutions pour la mise en œuvre des principales mesures du « Plan d’action mondial pour combattre la résistance aux antimicrobiens » de l'OMS.

     

    • Recherche -> Consolider les connaissances et accroître les données scientifiques grâce aux activités de surveillance et de recherche.
    • Prévention -> Réduire l’incidence des infections grâce à la détection des bactéries multi-résistantes et à des mesures de prévention des infections appropriées.
    • Prescription -> Diminuer le recours aux antibiotiques dans le cadre de la santé humaine et animale.
    • Éducation -> Faire mieux connaître la résistance aux antibiotiques grâce à des activités de communication, d’information et de formation appropriées.
    • Innovation -> Développer des solutions diagnostiques à forte valeur médicale afin de combattre les maladies infectieuses et la progression de la résistance aux antibiotiques.
    • Surveillance -> Suivre la propagation des pathogènes et des profils de résistance aux niveaux local, régional, national et international avec des outils de suivi épidémiologique pour renforcer les politiques de contrôle des infections et le choix de l’antibiothérapie.